jeudi 25 mai 2017

Aurions-nous perdu les clés de l’humanité ?





Aurions-nous perdu les clés de l’humanité ?

Dans les océans
Là où les vies s’enfoncent dans les abîmes

Dans les bombes humaines
Qui frappent n’importe où

Dans les pays en guerre
Qui se battent pour une religion sans partage

Dans les regards d’enfants affamés
Dans la misère quotidienne
Dans les mots qui s’habituent
Dans les yeux qui se ferment pour ne pas voir
Dans les gestes las…

Je rêve d’une clé gigantesque
Qui ouvrirait toutes les portes
Dont la plus précieuse,
Celle du cœur…

Texte © Marie-Laure Bigand

samedi 20 mai 2017

« Le vertige des falaises » de Gilles Paris




Aux éditions Plon

Un livre hors du temps, impression probablement due au lieu où se déroule l’action : une île où le soleil peut se faire aussi caressant que le vent peut se révéler plein de hargne, les jours de tempêtes.

Et il y a cette maison de verre qui domine cette île, ainsi que la famille qui la compose.

Si la maison est transparente, les êtres qui y vivent cachent bien des secrets et des tourments…

Un roman que l’on prend plaisir à lire…

4e de couverture :

Sur une île sauvage et désertée, Marnie, adolescente effrontée et fragile, vit au-dessus des falaises au cœur d'une imposante maison de verre et d'acier avec sa mère Rose et sa grand-mère Olivia, qui règne sur la famille et sur l'île tout entière. Des plaines aux herbes hautes, des sentiers au bord de mer, la nature se révèle aussi cruelle que les mystères trop longtemps ensevelis.
Et si une seule personne détenait tous les secrets de cette famille et s’en libérait enfin ?

Après son best-seller Autobiographie d'une Courgette, adapté au cinéma par Claude Barras (Ma vie de Courgette), récompensé par deux César et sélectionné aux Oscars, Gilles Paris signe ici un émouvant roman choral qui se lit comme un thriller et se dévore comme une grande saga romanesque.

jeudi 18 mai 2017

Le manque de confiance en soi...






Se sentir minuscule
Comme un grain de sable perdu au milieu du désert
Face aux autres
- sûrs de leur éloquence
- sûrs de leurs propos
- sûrs de leurs affirmations
- sûrs de leurs idées
- sûrs de leurs avis
- sûrs d’eux…

Et éprouver alors l’étrange sensation de rétrécir.

Le manque de confiance en soi…
Un frein…
Par peur de paraître ridicule, de ne pas trouver le bon mot, la bonne attitude.
Par peur d’être inintéressant.
Il faut alors puiser au plus profond de soi pour ne pas perdre pied, pour ne pas se détester complètement, pour ne pas se détruire…
Mal sournois qui vous tire vers le fond et qu’il faut désarmer aussitôt
Pour ne pas sombrer dans un abîme…

– Sourire –
Le sourire est une arme fatale…
Et respirer, RESPIRER !!!

Peut-être faut-il faire le chemin à l’envers
Remonter à l’enfance
Pour trouver la faille, la cassure.

À quel moment y a-t-il eu une fracture suffisamment puissante pour se sentir si démuni ?
Peut-être l’abandon d’un père, d’une mère ?
Et le miroir qui renvoie l’image d’un enfant triste, insipide et forcément laid, sinon pourquoi cet abandon ?

Cri silencieux qui se perd dans le jour, dans la nuit…
Et le mot « REJET » qui défile en continu…
Des années durant !

Se construire malgré tout, mais handicapé à vie par cette blessure marquée au fer rouge.
Qui jamais ne s’efface,
Qui sait si bien se rappeler à notre bon souvenir pour peu qu’on veuille lui échapper.

Mais un handicap, quel qu’il soit, oblige à se surpasser en développant d’autres facultés, qui deviennent alors une force...

Il permet d’être humble et de poser un regard bienveillant sur les autres.
En acceptant les autres, avec leurs qualités et leurs défauts, on finit par s’accepter et à s’ouvrir à la vie… 

Texte © Marie-Laure Bigand 
Texte écrit à l'occasion des rencontres ZigZag qui ont lieu du 15 mai au 21 mai au Théâtre Antares, à Vauréal (95). 

Dans le cadre des rencontres ZigZag, il a été demandé à quelques auteurs d'écrire sur le thème : "Qu'est ce qui, chez moi, peut être vécu comme un handicap", mais qui n'est pas "officiellement" répertorié comme un handicap. 

"ZIGZAG crée des spectacles qui interrogent l'expression brute de chaque acteur (non-professionnels), aspirant à ce que les arts vivants s'ouvrent à de nouvelles sensibilités. ZIGZAG œuvre pour que les personnes en situation de handicap, quel qu'il soit, deviennent des acteurs de la culture." 
SITE de l'association ZigZag.

lundi 15 mai 2017

21e Salon du livre de Chaumont-en-Vexin (60) dimanche 21 mai 2017



Je poursuis la route des dédicaces... En effet la sortie d'un nouveau roman est l'occasion d'aller à la rencontre de lecteurs, ce qui est toujours très agréable :-).

Cette fois-ci ce sera à Chaumont-en-Vexin, à 9 km de Gisors, 17 km de Magny-en-Vexin et 28 km de Beauvais...

Dimanche 21 mai
De 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h

Dans les jardins de la mairie
Rue de l'Hôtel-de-Ville
60240 Chaumont-en-Vexin

J'y serai avec ma collègue de plume Marie Lerouge pour son livre Et son ombre sera légère que j'ai d'ailleurs beaucoup aimé.

De mon côté je dédicacerai mes romans : Sur la route de ses rêves et Derrière l'objectif.

Nous représenterons toutes les deux notre maison d'édition : les éditions Il était un EBOOK/BOUQUIN.





 Le soleil sera au rendez-vous, alors n'hésitez pas à venir nous voir :-).

lundi 8 mai 2017

En dédicaces au Cultura de la Claye-Souilly (77) dimanche 14 mai...




Je serai en dédicaces dimanche 14 mai

De 10 h à 18 h

Pour dédicacer mon dernier roman Derrière l'objectif aux éditions Il était un BOUQUIN et mon 2e album jeunesse La petite fille qui rêvait d'être une Elfe aux éditions Lelyrion jeunesse.

Cultura La Claye-Souilly
Rue Victor Drouet
77410 Claye-Souilly

Je serai ravie de vous rencontrer et d'échanger avec vous :-).

mercredi 3 mai 2017

Dédicaces à Ermont (95) pour "Derrière l'Objectif"






Ce samedi, le 6 mai, je dédicacerai mon dernier roman Derrière l'objectif aux éditions Il était un BOUQUIN.

De 10 h à 18 h (fermeture de la librairie entre 12 h 45/14 h 00)

Lieu :
librairie LECUT
2 rue de Stalingrad
95120 ERMONT

Au plaisir de vous y rencontrer...

On en parle dans le Journal de François.

4e de couverture :

Lise, récemment divorcée, fait le vœu de ne jamais plus aimer. Elle se consacre désormais entièrement à son travail de photographe et décrète qu'elle ne vivra plus de relations affectives qu'au travers de son appareil photo, et des couples qu'elle surprend et dont elle aime imaginer l'histoire. Son amie de toujours, Aude, essaie quant à elle d'oublier sa lointaine aventure avec Karl pour se consacrer pleinement à son salon de thé et à sa famille.
Dans ce nouveau roman, Marie-Laure Bigand nous invite à suivre les destins sentimentaux de plusieurs hommes et femmes d’aujourd’hui. Tout en nuances, elle zoome sur des histoires de cœur via une galerie de portraits croisés aussi fragiles que sincères. Et la magie opère, à mi-chemin entre notre imaginaire et notre propre chemin affectif.
Une belle évasion !